dérivés

 

KIZUVA

les référentiels possibles à construire en vrac...

LES SYSTEMES DE GRANDEURS

 

le monde s'est choisi plusieurs systèmes de mesure de son environnement. Aussi, il serait peut être interessant d'unifier nos reférences..

Ainsi par exemple le monde est encore partagé entre systèmes métriques et systèmes anglo-saxons...

Le systeme kizuvien propose un nouveau référentiel basé sur la mesure de l'élément le plus petit actuellement connu et mesurable : le proton.

Une étude du rayon de charge du proton confirme et affine une mesure précédente à 0,84 femtomètre.

ainsi 0.84 femtomètre deviendrait la mesure 1. Ainsi nous aurions le mesure d'un pas (adulte) égal à 1 mètre kizuvien soit 84 cm.

ce genre de mesure se rapproche également du choix de la mesure du temps qui s'établi sur les periodes de radiation d'un atome de cesium.

LES NOMS DE PAYS

 

 

Les problèmes géographiques et en particulier le nom des pays évoluent et continueront d'évoluer au grés des alliances, conflits... aussi le kizuva propose une dénomination des pays basée sur les coordonnées GPS de leur capitale ( ou d'un point remarquable; ou d'une coordonnée "arrondie")

Ainsi nous pourrions avoir, avec l'aide de préfixes déterminants la position Nord-Sud (par rapport à l'équateur axe : o-é )et Est-Ouest (par raport à greenwich axe : i-a)

France : latitude +46.227 longitude +2.213 = OPuCha ATo

portugal: lat +39.39 long -8.22 = OFuRan ISé

Chili : lat -33,5 long -70,66 = EFuFwa ILu

 

 

LES COULEURS

 

 

 

Pour la dénomination des couleurs deux possibilités au moins s'offrent a nous

soit par l'intermédiaire de la courbe de temperature des couleurs ci contre perméttant de repérer pour chaque couleur une coordonnée mathématique

ex: violet 2;0 se traduit donc par les chiffres ToRiu

vert 1;8 se traduit par KwiSé

jaune 4;5 = PiMu et orange 5;4 = MuPi...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un autre référentiel possible serait un échantillon calé sur les cadrans avec pour préfixe Ro

ex violet RoZ

vert Rowi

jaune Rowa et orange Roa

 

 

 

LES EMOTIONS

 

 

il existe 6 émotions "archaiques" communes qui s'expriment de la même manière partout dans le monde:

surprise, peur, dégout, colère, tristesse et plaisir.

Ces émotions de base sont repérables par des combinaisons de peu d'éléments du visage, aussi est-il envisageable de les codifier a partir des cadrans

exemple: dégout :front bas narinesdilatées coins de bouche bas

front : RaoDui

nez : Raoa

bouche : Raoé

une traduction possible serait donc (a valider...)

émotion (Ku) visage(RA) front (Dui) bas (N) nez dilaté (oa) bouche (oé) basse (H)

dégout = KRaDuiNoaoéH

LE TEMPS

 

Voilà un concept également modifiable car non "universel" à l'heure actuelle.

ainsi il serait possible de proposer un nouveau calendrier (le calendrier pataphysique me parait simple avec 12 mois de 28 jours (lunaires) et un mois de 29 jours pour rééquilibrer l'année), voire une nouvelle découpe de la journée...?

Universalité:

 

Proposer une langue universelle n’est pas que proposer une langue unique pour tous car cela reviendrait à une aspiration totalitaire.

Oui cette idée même d’universalité est risquée si on y prend pas garde et la vigilance première du kizuva est de ne pas venir nier les différences et les diversités qui font la richesse de l’humanité.

A ce propos il convient de faire les efforts nécessaires pour exprimer clairement ses pensées et ses intentions.

Par exemple j'ai été frappé par les terminologies employées par les différents défenseurs de la francophonie. Un verbe qui revient régulièrement est " promouvoir" la langue française (idem dans les autres pays) or ce verbe signifie mettre en avant (voir au-dessus de) mais en avant de quoi? Des autres langues? Et ainsi contribuer à la "disparition" de ces autres langues qui n’ont pas forcément les moyens de se maintenir...

Cela nous renvoie à un constat: comme toute chose, les langues naissent évoluent et meurent.

Penser que " sa" langue ne peut ni ne doit disparaître est une illusion douce de souffrance.

Attention ce constat n’est pas un appel à la destruction des langues bien au contraire et je salue le travail de ceux qui œuvrent à la bonne santé et longévité de leurs langues respectives.

Mais dans ce cas je préfèrerais que l’on parle alors de préservation plutôt que de promotion.

Je ne peux m’empêcher de penser que dans la promotion se cache une course, une compétition à accéder au titre de langue dominante, qui s arrogerait le droit de fait d’écraser au final toutes les autres. A latin il ne peut en rester qu'un!?

Sans attaque particulière c’est un peu le triste constat d’aujourd’hui ou l’anglais semble devoir s’imposer aux choix de chacun comme langue incontournable un peu partout dans le monde pour des raisons principalement économiques.

A terme 2 solutions : l’anglais s’impose et devient langue unique tandis que toutes les autres seront étudiées comme des langues mortes...

Ou l’anglais finira par être dépassé par une autre langue pour d’autres raisons (revirement économique politique religieux...?) sera ce ensuite le tour du chinois? L’arabe?...

Mais à y regarder de plus près d'un point de vue historique, les langues " dominatrices" se sont effectivement succédées aux grès des conquêtes et événements

Selon moi, la chute de chaque" empire linguistique" s’explique par le fait qu'il enclenchait des crispations " nationalistes" pour la défense de repères communautaires

En clair, personne ne veut renoncer à sa langue maternelle, à ses coutumes , sa culture etc...

Mais si personne ne veut renoncer alors il y aura toujours des oppositions et des conflits

Donc comment renoncer... Sans renoncer?

Un paradoxe qu’il est possible de résoudre en regardant au-delà, plus large, plus grand... Et ce en créant ou en se basant que des éléments de référence communs

Si tous les êtres humains créaient, choisissaient ensemble des références communes alors ils pourraient se les approprier et non pas se les voir imposer.

Parallèlement rien n’empêcherait le travail de préservation de mémoire etc.

Comment cela se concrétise pour une langue comme le kizuva?

Le kizuva a besoin de se construire, de se forger à travers le monde et les cultures, de s'imprégner des réflexions et critiques qui orientent sa modélisation vers justement ce qui est universel et qui pourra raisonner et résonner en chacun

Le deuxième point est de continuer à être moteur de diversité aussi ici peut intervenir le cadre de l’Adelik comme une " commission des sages internationales du kizuva" qui veillera au caractère universaliste de sa construction de son évolution et plus tard à sa disparition par la promotion d'une future autre langue universelle plus pertinente et mieux adaptée aux contexte prochain. L'unité de la langue devra également être travaillée par ce comité qui pourra trancher certaines décisions "arbitraires", comme l'ordre des éléments dans la phrase etc...

 

Aussi j’imagine que ne pourront siéger à cette commission que des représentants de différents pays ou plus exactement des représentants ayant pour langue maternelle une autre que le kizuva et sachant maîtriser une 3ème langue, ils auront comme tâche également de travailler avec les autorités de chaque pays pouvant aider à l'élaboration, la pérennisation et la diffusion du Kizuva

En effet le kizuva a dans un 1er temps une visée très pratique, c'est un outil de communication entre les peuples, un passeport international pour ancrer en chacun la perception d’être un citoyen du monde.

Par la suite j’aspire à ce que ce moyen de communication puisse évoluer vers une véritable langue humaine à part entière...

principes d'universalité

 

TOUS DROITS RESERVES ASSOCIATION ADéLIK 2014