KIZUVA

KE...

 

 

Ké: verbes

pour faire simple, il existe quatre grandes notions de verbes, qui s'élaborent autour du sujet.

Soit A le locuteur, il peut etre mis en relation de 3 façons différentes:

-avec lui même, ce groupe se compose essentiellement des verbes d'état (verbe être KéM) et verbes descriptifs (il y a= KéN)

-avec B,"l'Autre", en agissant sur lui, verbe d'action extériorisée vers autrui. (KéK ou KéR) (idée de "je donne")

-avec B,"l'Autre", en étant agi par lui, verbe d'action intériorisé depuis autrui. (KéG ou KéH) (idée de "je reçois", mais il sera privilégié plutot la forme "tu me donne")

Soit B et B' deux sujets d'un état ou d'une action ne concernant pas le locuteur

 

L'ensemble des verbes se retrouvent également dans les 3 premiers domaines (verbes décrivant une action physique, verbes d'ordre "spirituel" et les verbes "mixtes" pour verbes d'état) la 3eme lettre reprendra alors les K et R pour les actions extériorisées et les lettres équivalentes dans l'autre cadran G et H pour les actions interiorisées. Ainsi nous pourons trouver des verbes similaires a une différence près indiquant le "sens du mouvement de l'action (exemple le verbe aimer = verbe spirituel sera décliné en KéK... j'aime et en KéG... je suis aimé)

 

En lien direct avec le verbe nous trouvons également le sujet. Il en existe 4 en kizuvien

moi (je), autre (tu ou il) un ensemble de mois (nous) et un ensemble d'autres (vous ou ils). (note: la notion du "tu" français ne correspond pas exactement a celle de l'"autre", l'"autre se rapprocherait plus du jargon parisien que l'on retrouve dans des formulations directes telles que "alors il va bien aujourd'hui?" au lieu de "vous allez bien?")

Moi se défini comme l'unité principale et se dit donc comme le chiffre un: Kwi

Autre se décline en miroir et donne Kwa (note : il est possible de trouver la forme KWo pour signifier expressement un sujet féminin :"elle")

Moi se décline ensuite en KwiSi et autre en KwaSa au pluriel. (note: forme féminine KWoSa)

pour les verbes d'action, une possibilité de construction repose sur l'observation suivante. il semblerait que tout mouvement puisse etre décomposé selon les elements suivants:

- une translation

- une rotation

- une combinaison des deux

De plus, tous les objets et élements susceptibles de mouvement peuvent etre simplifiés, résumés à trois éléments un point, une droite (ou axe) un plan.

ces trois élements définissent alors trois actions principales...

point : percer

droite: couper

plan : porter pousser...et peuvent etre illustrées ainsi:

il est important de repérer ce qui agit pour en faire le référentiel de l'action pour etre le plus precis possible ainsi par exemple si je porte un plateau...

il faut alors considérer non pas le "je" comme sujet agissant mais le "redéfinir" selon la partie qui porte réellement ainsi si je porte sur la main il s'agira d'une action exercée par un "plan" alors que si "je" porte sur la tete il conviendra de regarder le sujet comme une droite (stylisation de l'ensemble du corps)il s'agira d'une action exercée par une droite (sur un point donné ici la tête) et dans la direction de cet axe (parallele). dernier exemple le bras (droite) porte une charge perpendiculairement.

 

enfin il conviendra d'élaborer un verbe significatif non plus d'un mouvement, avec conservation du sujet agissant, mais a sa transformation (exemple pliage, torsion etc) le "point d'action ne sera donc plus vers l'exterieur mais vers l'interieur mais toujours avec les même types d'action (pli translation, torsion rotation)

 

TOUS DROITS RESERVES ASSOCIATION ADéLIK 2014